Comment se pratique la méditation zen ?

Retraites avec Maître Yuno Rech :

Calendrier

Calendrier des retraites (sesshin) avec Maître Yuno Rech

Maître Yuno Rech

Activités au dojo de Montpellier :

» Calendrier

La pratique de zazen, la méditation assise en silence est l’essence du zen

Dans le dojo, zazen se pratique en silence, immobile et face au mur. Il est entrecoupé d’une marche que l’on appelle kin-hin, et se termine par une cérémonie .

Pour pratiquer zazen, on s’asseoit au centre d’un zafu en se tenant bien droit, sans crispation, épaules relâchées.

On étire la colonne vertébrale à partir de la cinquième vertèbre lombaire.

Les jambes sont croisées dans la position du lotus ou du demi-lotus
Le bassin est basculé vers l’avant de telle sorte que les genoux soient bien enracinés dans le sol.

On pousse le ciel avec la tête et la terre avec les genoux.
La main gauche repose dans la main droite, les pouces se joignent horizontalement, le tranchant des mains reste en contact avec l’abdomen.

Le menton est rentré, le nez à la verticale du nombril.
La bouche est fermée.
Le regard se pose à un mètre sur le sol devant soi.

La respiration est ample et naturelle, on va au bout de chaque expiration, le ventre relâché.

En zazen, on se concentre sur la posture du corps et sur la respiration avec un esprit ouvert, libre de toute fixation : les pensées, sensations, émotions passent comme des nuages dans le ciel ; ce que l’on observe simplement.

Ainsi, l’unité du corps et de l’esprit, de la terre et du ciel se réalise...

La paix peut apparaître.

Le kin-hin, la marche silencieuse en conscience

Marche silencieuse où s’harmonisent respiration, posture et mouvement.
On réalise totalement chaque pas avant de faire le pas suivant, la respiration rythme cette marche en silence.

Comme lors de la méditation assise, instant après instant, le pratiquant par une profonde et intime présence au corps et à la respiration, retrouve ce qui était recouvert par les préoccupations égotiques.

C’est-à-dire un esprit libre, neuf et paisible en harmonie et unité avec chaque chose rencontrée.

Le chant des sûtra et les cérémonies

Les cérémonies sont l’occasion de s’harmoniser par le chant et les prosternations.
Elles permettent d’exprimer notre profonde humilité et reconnaissance envers les maîtres et patriaches défunts de la lignée.

Les sûtra ainsi exprimés et pratiqués par le corps se réalisent de manière vivante et actuelle, bien au-delà de la seule étude intellectuelle.

Elles sont actualisation de notre profonde empathie et désir de résoudre les souffrances du monde dans leur dédicace pour le bien-être de tous les êtres sensibles dans l'abandon de nos conditionnements et attachements égotiques.

Nous exprimons par la cérémonie notre profonde unité avec l'ensemble des existences dans la compassion d'un coeur purifié.

Le samu c'est le travail

"Un jour sans travail, un jour sans manger" Maître Hyakujo (720-814),
le samu est le travail réalisé dans un esprit de concentration pour la communauté.

Il peut s’agir de la préparation des repas, du nettoyage, de l’entretien, des travaux, de l’organisation de la vie du dojo, etc.

Voir précisions du rôle du tenzo, accompagnés de recettes dans la rubrique "Zen et vie quotidienne"

Pratiquer une retraite

Depuis l’époque du Bouddha Shakyamuni, les temps de retraite sont au coeur de la pratique du zen.
Il s’agit d’une période consacrée à la pratique intensive de la méditation,
le zazen, entrecoupé de mondo, de samu, et des repas.

Les sesshins ou retraites ont lieu régulièrement tout au long de l'année dans toute la France, l'Europe.
Faire une sesshin c'est se donner l'opportunité d'approfondir sa pratique (le mot sesshin signifie « toucher l’esprit ») et de retrouver la shanga et le maître.
Lors de ces retraites le rythme des journées sont celles d'un temple zen où la pratique de la méditation et les activités de la vie quotidienne ne sont plus séparées.



retour haut de page
Liens et infos légales© 2008 - dojo zen de Montpellier - Méditation zen de Montpellier